SpamScape, 2004-2012

 

 

[ENG] SpamScape is based on the proliferation of words commonly used in the electronic mails spams. The spams are these advertising messages, not solicited and sent massively via emails. Their number is huge and they would now represent 80 % of the electronic communications. A Spam is sent on average to a million recipients. Filters anti-Spam are setup to detect and block instantaneously these identical messages. In reaction, the spams now contain all kinds of tricks like the inclusion of random texts, the combination of small the and capital characters, the permutation of letters or the use of graphically similar signs. Beyond the contents of these advertising messages, it is the combination of massive proliferation and use of random letters which interest Pascal Dombis. In SpamScape, he facilitates the proliferation of words including in these spams, until saturating completely the screen. It is the « black out » obtained by the accumulation of the same word which ends up the proliferation and starts another sequence instantaneously using a different word. Each sequence has its own rhythm and movement. Pascal Dombis’ visual forms emerge out of the enforcement of autonomous and simple rules. They are not intentionally programmed. SpamScape is a work on legibility. What can one read and decode from an excessive process, whether it is an abusive use of email system or a graphic proliferation of messages? But where the spam’s goals are to make the reader confuse the advertising message with the one usually exchanged, Pascal Dombis tends to reveal different sensational environments (vertigo, serenity, vortex, spell, curse, alacrity, infinitude, dejà vu experiences of non structuring structures) which are not solely caused by optical or audio illusions or – paradoxically – by purely technological artefacts.

 

[FR] SpamScape fonctionne sur la prolifération de mots communément utilisés dans les spams des courriers électroniques. Les spams sont ces messages, publicitaires, non sollicités et envoyés en masse via les messageries électroniques. Leur nombre est considérable et ils représenteraient 80 % des communications électroniques. Un spam est envoyé en moyenne à un million de destinataires. Des filtres anti-spam sont mis en place pour détecter et bloquer instantanément ces messages identiques. En réaction, les spams contiennent maintenant toutes sortes de ruses comme l’inclusion d’images, de textes aléatoires, la combinaison de minuscules et majuscules, la permutation de lettres ou l’emploi de signes graphiquement similaires. Au-delà des contenus de ces messages publicitaires, c’est la combinaison de prolifération massive et d’emploi de lettres aléatoires qui intéressent Pascal Dombis. Dans SpamScape, il fait proliférer les mots de ces spams, jusqu’à saturer complètement l’écran. C’est le « black out » obtenu par l’accumulation du même mot qui met un terme à la prolifération et déclenche instantanément une autre séquence utilisant un mot différent. Chaque séquence a un rythme et un mouvement qui lui est propre. Les formes visuelles du travail de Pascal Dombis émergent de l’exécution de règles. Elles ne sont pas intentionnellement programmées. SpamScape est un travail sur la lisibilité. Que peut-on lire et décoder d’un processus excessif, que cela soit un usage abusif de système de messagerie ou une prolifération graphique de messages ? Mais là où les spams cherchent à faire en sorte que le lecteur confonde le message publicitaire avec celui habituellement échangé, Pascal Dombis cherche à faire apparaître différents environnements sensitifs (vertige, plénitude, vortex, hantise, allégresse, sensation d’infini, effet de déjà-vu face à des structures non structurantes…) qui ne proviennent pas que d’effets optiques ou auditifs, ni – paradoxalement – d’effets de nature purement technologique.