Une perception active, de Patrick Amine

L’installation vidéo de Pascal Dombis intitulée POURQUOI ? WHAT-NEXT ? confronte les questions existentielles aux moteurs de recherche Internet tel que Google. Ces moteurs sont typiquement utilisés pour trouver des informations simples et précises dans le réseau mondial du Web.

Pascal Dombis, pour cette installation, a collecté depuis plusieurs années des centaines de milliers d’images Internet qui renvoient aux phrases : « D’où venons-nous? » « Que sommes-nous ? » « Où allons-nous ? ». Et dans différents contextes linguistiques : «Where Do We Come From ?», « Wer sind wir?», « Dove andiamo ?», « ¿De dónde venimos? »…

Ici, la recherche Internet est utilisée comme processus de création. Dombis ne sélectionne pas les images. Il s’attache non pas à chaque image en particulier mais à leur accumulation excessive et aux différents espaces mentaux qu’elles suscitent et créent. Prises individuellement, la très grande majorité des images publiées sur Internet — correspondant à ces questions fondamentales — n’offrent pas un réel intérêt. Spécifiquement, elles n’apportent pas de réponses concrètes. Ces images combinées ensemble et accumulées abondamment, construisent des espaces visuels qui offrent une série de déplacements sémantiques et se rapportent finalement aux questions métaphysiques posées.

L’artiste utilise un logiciel de lecture vidéo spécifique qui permet à ces séquences d’images d’être jouées à vitesse variable, de l’ultra-rapide — 300 images par secondes, où la vitesse excessive ne permet pas la lecture des images — jusqu’au mode très lent — plusieurs secondes par images où les images sont alors « normalement » décodées. Cette variation dans la vitesse donne au spectateur l’accès aux différents environnements « sensationnels »: vertige, allégresse, sensation d’infini, effet de tourbillon et de déjà-vu… Ils lui permettent de saisir ainsi sa propre image. Le dispositif tend à fonctionner comme un test mental projectif.

Ce projet n’apporte, bien sûr, pas de réponses directes aux questions : D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? Son objectif est plutôt d’explorer les espaces mentaux liés à l’accumulation excessive d’images Internet, ouvrant ainsi aux questions métaphysiques et existentielles. De fait, la question posée procède comme l’oracle delphique. Le maelström d’images est finalement une mise entre parenthèses phénoménologique du monde. Ne conduit-il pas à l’ultime formule : « Connais-toi toi-même ». Une relecture Husserlienne de la formule delphique : il s’agit de la conscience de soi qui s’extrait du monde environnant pour le retrouver autrement. Peut-être pouvons-nous considérer cette installation « vidéoweb-numérique »où le vertige des images constitue une sorte d’épiphanie, au sens joycien du terme, comme un fragment ouvert de réalité énigmatique qui demeure à déchiffrer dans son ambivalence symbolique.

 

Patrick Amine

Septembre 2011